Het Plafond

une peinture qui plafonne

UNE AUTRE PERSPECTIVE

Il faut bien l’avouer, on réalise après coup comment lever longuement les yeux au ciel impose au corps un effort physique inhabituel : la tête, alors désaxé de la colonne vertébrale, devient rapidement une contrainte de poids. Aux risques d’étourdissements et de crampes soudaines, la solution la plus pratique pour maintenir l’observation est alors de s’allonger sur le dos, comme on le fait pour contempler les étoiles.
Le corps est ainsi fait, la tête nécessite de rester bien au dessus des épaules, au niveau de l’horizon pour pouvoir conserver un regards clairs sur le monde qui nous entoure.
Des statistiques trouvées sur le net, pas forcément vraies, indiquent ainsi que le temps moyen passé devant une oeuvre accroché dans un musée est de 3s.
Garder la position debout sous ce plafond peint autorise donc autant de temps pour la contemplation que son amour pour la douleur. 
La décision d’afficher une oeuvre au plafond pourrait être emprunt de sadisme, mais il se révèle plutôt être un dispositif  pour imposer un temps, et inviter à la contemplation.   Je me souviens avoir accepter l’invitation des propriétaires du lieu, d’une part pour le challenge,  mais aussi, par conviction un peu caricaturale je l’avoue, qu’un peintre ne l’est pas si il n’a jamais peint de plafond.

type

client

technique

année

peinture

Het Plafond, Rotterdam

Acrylique

2015

Les articles autour du projet

Containers, squelette géant de serpent, coiffe style empire de Monumenta Empire oeuvre de l'artiste Huang Yong Ping

Artiste ou Artisan

Il n’y a pas longtemps, interviewé à la Gare de Nantes par un journal local, le journaliste me demande s’il doit décrire mon intervention sur la sculpture des arbres en béton comme celle d’un artiste ou d’un artisan.

Lire »

Partagez le projet !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
id risus elit. lectus Sed in tempus dapibus ipsum