Julien Beaucourt | Portfolio Categories Scultures
Présentation de mes travaux en cours et antérieur. Suivez ici mon actualité et l'avancement de mes projets.
Julien, Beaucourt, artiste, art, artist, sculture, peinture, travaux, rotterdam, paris
84
archive,tax-portfolio_category,term-scultures,term-84,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-1.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive
DSC07440

Travaux forcés

Rotterdam, 2014

Pendant que je travaille la journée dans des activités alimentaires, j’ai l’impression de gâcher mon temps et mon énergie à des tâches inutiles à mon développement artistique.C’est un peu comme passer à côté de sa propre vie. Pourtant il faut travailler pour pouvoir exister aujourd’hui, je n’ai pas le choix et je le vis comme une obligation. Comme l’ouvrier qui se lève tôt les matins pour son maigre revenu journalier, je me suis attelé à mon tour à cette obligation de travail dans mes heures de production artistique. Les pommes de terre ou patates, correspondaient plutôt bien au salaire de la dureté du travail précaire.J’ai en tête les « potatoes eater » de VanGogh. Sans savoir ce qu’allaient devenir ces moulages de patates, je me suis fixer le but de faire un tas de mille patate en plâtre. Ma frustration à ne pas pouvoir être se reflète dans ce tas informel.

Un peu plus tard, dans la logique de production intensive, j’ai élaboré des moules plus complexes me permettant de produire plus en moins de temps. Comme si la tâche prenait le dessus sur les intentions. Comme si c’était l’outils qui guidait la main.

les fleurs de chambre, huile sur papier, 220 x 220 cm, 2014

Etalonnage

Etalonnage, Galerie hommes, 2014

J’ai fuis Paris en me disant que je me détacherai de mon passé d’assistant d’artiste. Je me suis retrouvé avec un atelier dans lequel je pouvais travailler les soirs après le travail. J’ai recommencé à peindre et je ne savais plus par où recommencer. En me replongeant dans ce que j’appelle les classiques de l’histoire de l’Art, j’ai cherché à revenir sur les bases et j’ai choisis comme sujet la Nature. Tant bien que mal, j’ai repris ma peinture avec des habitudes à retrouver, des réflexes à changer. C’est le début d’un combat, d’un détachement.